Comme nous l’avons déjà mentionné, le sport représente un bienfait dans une entreprise. Grâce à une activité physique sportive régulière, les salariés se sentent beaucoup plus investis, productifs et moins angoissés. La pratique du sport commence à évoluer au sein des entreprises et en 2019 une étude menée par Inkidata pour Wojo montrait que 48% des Français souhaitaient avoir un espace dédié au sport dans leur entreprise. Aujourd’hui, le sport représente une partie (presque) intégrante d’une démarche QVT.

Les projets de loi 

En Novembre 2020, les sénateurs ont voté un nouvel amendement à la Loi Sport et Société pour encourager le sport en entreprise. Les entreprises sont désormais considérées comme des espaces prévus au développement de l’activité sportive de même que les écoles et l’enseignement supérieur. 

Lors de la création d’une salle de sport dans une entreprise, il faut respecter “les règles de conception et d’utilisation des lieux de travail” et sa conception doit garantir la sécurité du salarié. L’article L4221-1 du Code du Travail précise qu’il est impératif que les salles soient propres et respectent les règles d’hygiène pour assurer la sécurité et la santé du salarié.

Ainsi, l’espace doit être aménagé de manière à ce que les exigences du Code du travail concernant :  l’aération et l’assainissement, la prévention des incendies et l’évacuation, les installations sanitaires, l’accessibilité et l’aménagement des lieux pour les travailleurs handicapés soient bien respectées. (D’après l’article de WURO)

Dans le but d’encourager la pratique du sport en Entreprise, l’URSSAF a décrit dans l’article 18 de la loi de financement de la sécurité sociale publié le 8 juin 2021, que toute mise en place d’équipements dédiés à la favorisation de la pratique sportive en Entreprise sera exonérée de cotisations et contributions sociales, que l’entreprise comporte un comité social et économique (CSE) ou non. 

Douches, vestiaires (collectifs et non mixtes dès lors qu’il y a la présence des deux sexes dans l’entreprise), matériel sportif, salle de sport de l’entreprise, cours collectifs et événements sportifs sont concernés par cette exonération. Le code du sport indique également que les entreprises sont dans l’obligation de posséder une trousse de secours ainsi que des numéros de secours à contacter et prêts à intervenir. 

Concernant les équipements de la salle de sport, vous pouvez vous référer à la norme AFNOR XP S52-412

Toutefois, malgré la rédaction de ces lois, seulement 18% des entreprises ont aménagé leurs structures pour permettre à leurs salariés de pratiquer une activité physique selon des études de CNOSF, MEDEF, ministère des sports et l’Union Sport et Cycle.

L’utilisation du vélo d’appartement en pleine expansion depuis le

COVID-19

D’après le sondage de Cycling Heroes, la pandémie a incité les personnes à utiliser le vélo pendant le confinement pour éviter les transports en commun et prendre l’air… Nous avons constaté une différence concernant l’utilisation du vélo entre 2020 et 2021. En 2020, 48% des cyclistes prenaient leur vélo pour se rendre au travail. En 2021, suite aux confinements, 69% des vélos de villes ont le même usage. 

Le “Home trainer” (vélo d’appartement) a également augmenté son utilisation quotidienne. Pendant le confinement, les cyclistes se sont remis au vélo d’appartement en utilisant des applications connectées. Ces applications ont d’ailleurs rendu l’utilisation du vélo d’appartement plus intéressante. Dû à la crise sanitaire, 34% des cyclistes connectés se sont procurés un vélo pendant les confinements et 63% ont recours à des applications payantes.

La double utilisation des vélos de ville

Le vélo connaît une augmentation dans son utilisation principalement due au facteur environnemental. Deux événements majeurs récents ont influencé l’usage du vélo de ville : la pollution atmosphérique et les grèves des transports en commun. Le confinement lié à la covid-19 a aussi été déterminant dans l’utilisation du vélo de ville. Le vélo permet de se déplacer facilement dans la ville, d’éviter les bouchons et les transports en commun. Notamment dans les grandes villes, le vélo est souvent utilisé pour les déplacements d’un point A à un point B comme du lieu de vie au lieu de travail. Aujourd’hui, des flottes de vélos sont mises à disposition des usagers partout dans les grandes villes. 

À l’ère de la digitalisation, de nombreuses start-up et entreprises proposent des applications mobiles pour inciter les utilisateurs à pratiquer une activité sportive. Avec la mise en place des vélos de ville, les annonceurs en profitent pour les utiliser comme moyens de communication.

À Toulouse, les annonceurs peuvent pratiquer une communication responsable en utilisant un vélo publicitaire. C’est un support de Street marketing pertinent puisqu’il permet d’être à proximité de sa cible de façon originale.